Tag Archive for penchard

Rapport de l’ANACT sur l’approvisionnement en carburants des départements français d’Amérique

MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR,

DE L’OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES

MINISTÈRE CHARGÉ DE L’OUTRE-MER

Communiqué de presse

de Marie-Luce PENCHARD

Ministre chargée de l’Outre-Mer

Paris, le 7 juillet 2010

Rapport de l’ANACT sur l’approvisionnement en carburants des départements français d’Amérique

Marie-Luce PENCHARD, ministre chargée de l’Outre-mer, a pris connaissance des conclusions du rapport de l’agence nationale de l’amélioration des conditions de travail (ANACT) qu’elle avait commandé le 22 janvier 2010.

La ministre avait souhaité une large concertation sur place, notamment avec les représentants des consommateurs, des syndicats et des acteurs de la filière. Ce rapport s’inscrit dans une démarche de transparence que le Gouvernement a privilégiée de façon constante pour rendre compte des résultats des études successives sur l’approvisionnement en carburant et énergies des départements francais d’Amérique (DFA).

Par son approche, ce rapport complète, en effet, celui effectué en mars 2009 par l’inspection des finances sur la fixation des prix des carburants dans les DOM ainsi que l’avis rendu le 24 juin 2009 sur le même thème par l’Autorité de la concurrence.

Read more

Question CHU…

Paris le 15 juin 2010,

Question au gouvernement du député Alfred MARIE-JEANNE

La question s’adresse à Madame Roselyne BACHELOT, Ministre de la santé et des sports.

Madame la Ministre,

Le dernier exercice fait état d’un déficit de 36 M€.
Le déficit cumulé quant à lui, atteindrait les 70 M€.

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette mauvaise passe.
En voici quelques-unes :

-Le coefficient géographique correcteur serait sous-évalué, d’où un manque à gagner estimé à 10 M€.

-Le stock des créances irrécouvrables s’accroîtrait d’année en année à la moyenne de 2 M€ . Il se chiffrerait à 28 M€ aujoud’hui.

-Les spécialités dites coûteuses entraineraient un déficit structurel non compensé.

-Le recrutement de 200 personnes supplémentaires depuis 2008 aurait engendré en moyenne une dépense de 10M€ par an.

Devant ce constat, somme toute alarmant, qu’est-il envisagé de faire pour résoudre cette équation, Madame la Ministre, tout en sauvegardant la qualité des soins dispensés ?

Réponse de la Ministre

Mme Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’outre-mer.

Monsieur le député, vous interrogez la ministre de la santé et des sports sur la situation du centre hospitalier de Fort-de-France et sur les mesures qu’elle entend prendre pour répondre à ses difficultés.

En l’absence de Roselyne Bachelot, que je vous prie d’excuser, je suis en mesure de vous apporter les précisions suivantes.
Oui, la situation financière du CHU de Fort-de-France, avec un déficit de 29 millions d’euros, est préoccupante. Un plan de retour à l’équilibre a été adopté par le conseil d’administration de l’établissement en 2009, prévoyant un retour à l’équilibre des comptes d’ici à 2013.
Le CHU de Fort-de-France bénéficie d’un accompagnement de 2,5 millions destiné à assurer l’équilibre économique de certaines activités, notamment le traitement des grands brûlés et la chirurgie cardiaque. Il bénéficie en outre du mécanisme de coefficient géographique, qui majore les ressources issues de l’activité médicale afin de compenser les surcoûts spécifiques.
De même, il est prévu en 2010 une augmentation de la prise en charge des patients en situation de précarité, qui passera de 2,2 à 3 millions d’euros.
La question des créances irrécouvrables a été prise en compte dans le cadre du plan santé outre-mer, et un effort important a été consenti en 2009, avec l’allocation d’une aide de 3 millions d’euros pour l’ensemble des DOM, dont 630 000 euros pour la Martinique.
M. Jean-Paul Lecoq. Eh bien, ce n’est pas suffisant !
Mme Marie-Luce Penchard, ministre chargée de l’outre-mer.

Le CHU de Fort-de-France a donc été largement soutenu ces dernières années, et l’État a pris toutes ses responsabilités. Mais il convient, monsieur le député, que le CHU réalise un certain nombre d’efforts, car la situation financière actuelle est aussi pour partie due à des facteurs internes ; vous avez vous-même rappelé que le niveau des effectifs n’a cessé de croître ces dernières années.
En outre, l’établissement doit pouvoir mieux valoriser son activité, dans le cadre de la tarification, pour augmenter ses recettes. C’est une des missions du nouveau directeur général qui prendra ses fonctions.

DES ELECTIONS REGIONALES CAPITALES

A toute fin utile je tiens à préciser que mon article: Analyse du discours de Nicolas Sarkozy à l’Atrium, ne signifie nullement que je conteste les résultats du référendum du 24 janvier. J’ai juste voulu mettre en évidence l’insincérité évidente de ce discours.

Je ne m’associe en aucune manière à ceux qui mènent des combats d’arrière-garde, et veulent rejouer le match. Leur démarche m’apparait stérile et vaine, il me semble qu’ils ont fait le choix de marcher à reculons. Le peuple de la Martinique et de la Guyane a choisi par référendum, il faut respecter ce choix, même si nous désapprouvons la façon dont cette campagne à été menée. Nous avons aussi pu observer qu’en matière de désinformation, et de manipulation de la population, ceux là même qui contestent les résultats de cette consultation sont très mal placés pour se poser en donneur de leçons.

Il m’apparait plus constructif, et plus judicieux de porter une attention particulière à ces élections régionales, car pour la Martinique et la Guyane se sont ces élus là, qui vont être chargés des modalités de mise en place de cette future collectivité.

Pour la Guadeloupe idem, car j’ai le sentiment que le président de région sortant s’il est réélu va chausser des bottes de sept de lieues pour évoluer sur le chemin institutionnel. Son changement de position tant soudain qu’opportuniste sur le sujet  en 2003 en dit long sur son sens de l’orientation et sa capacité à s’adapter. On pourrait affirmer sans rire que Lurel est autant départementaliste que son colistier Durimel est écologiste.

La chasse au Lurel s’est ouverte en même temps que les soldes de la boutique UMP locale, les clients chasseurs se bousculent à l’entrée, ceux qui n’ont pas pu entrer les premiers peuvent toujours se rendre à la succursale Jalton aux Abymes.

La fusion au deuxième tour des listes Jalton-Penchard, ah zut, j’aurais du dire Jalton-Blaise, pour faire tomber Lurel ne fait aucun doute, et c’est Nicolas Sarkosy lui-même qui tiendra les rênes de ce curieux attelage, d’où l’absence très remarqué du nom de José Toribio sur la liste de Jalton, devant les caméras il apparait aux réunions à ses cotés, mais il ne peut pas courir le risque de se retrouver sur la même liste, et surtout derrière Reinette Juliard au deuxième tour.

J’appelle vivement le peuple guadeloupéen, à la plus grande vigilance sur le choix des gens qu’ils vont  envoyer à la région, il s’agit d’une élection charnière capitale  pour la Guadeloupe, le temps est venu, de transcender les différences de clan, il existe d’autres choix en terme de listes que les traditionnels clivages calqués sur la politique nationale. Mais surtout retenez que voter Jalton ou Penchard c’est voter Sarkosy, si tel est votre choix pourquoi pas après tout, mais alors faites le en connaissance de cause, ne vous laisser pas berner.

Moïse DANIEL